Italie / Histoire

Les troupes aéroportées de l'opération Husky


Partager


Plusieurs phases de l'opération Husky ont fait appel à des troupes aéroportées. Cependant, les lancements, au moins dans les premières heures de l'invasion de la Sicile, ont été marqués par les conditions météorologiques difficiles dans lesquelles ils se sont déroulés.

Dans la nuit du 9 au 10 juillet 1943, date du début de l'opération Husky, des troupes aéroportées américaines et britanniques ont été parachutées en Sicile pour aider au débarquement en cours. Cependant, en raison des vents violents qui soufflent sur l'île, seule une partie d'entre elles a pu atterrir sur les cibles prévues, tandis que de nombreux hommes impliqués dans cette opération ont été portés disparus.

La date du 10 juillet a en effet été choisie spécifiquement pour profiter de la couverture offerte par l'obscurcissement partiel de la lune. Les troupes aéroportées devaient neutraliser les défenses existantes sur les plages afin de faciliter les assauts maritimes, mais ce plan initial fut rendu difficile par l'échec de nombreux lancements. En effet, les tirs produits par les bombardements navals et aériens masquent les sites de débarquement choisis par les troupes alliées, par exemple à l'embouchure de l'Acate et dans les marais de la Bivière. La présence de la DCA accroît également ces difficultés et pousse même certains avions à retourner en Afrique et à renoncer à leurs sauts.

De nombreux parachutistes se sont retrouvés hors position, dans les environs de Vittoria et de Caltagirone : si loin de l'endroit où ils étaient censés atterrir, ils se sont retrouvés à devoir se déplacer sans disposer de repères cartographiques utiles pour s'orienter. Pour eux, le seul salut possible devient celui de se réunir et d'essayer de rejoindre au plus vite les troupes débarquées par la mer. Les planeurs des troupes aéroportées britanniques connurent un sort similaire, voire pire. Beaucoup d'entre eux, perturbés par le vent fort et tendu, ont même fini dans la mer et leurs pilotes se sont noyés. Malgré cela, leur déploiement a atteint son objectif principal : empêcher les forces de l'Axe de détruire le Ponte Grande sur la rivière Anapo à Syracuse.

L'opération Husky a connu un autre épisode majeur impliquant des troupes aéroportées. Dans le cadre de l'opération Fustian, un groupe de parachutistes alliés doit s'emparer du pont Primosole, point de passage obligé pour atteindre Catane, dans le cadre de la bataille du Simeto. Les forces anglo-américaines y parvinrent, mais à cette occasion, les forces allemandes eurent également recours à des troupes aéroportées, la 1ère division Fallschirmjäger, pour tenter d'occuper le pont à l'avance et de le démolir, afin de ralentir l'action des Alliés.