Italie / Biographie

Salvatore Aldisio


Partager


Salvatore Aldisio était un homme politique catholique sicilien de premier plan qui, pendant la guerre, a été l'un des fondateurs des démocrates-chrétiens et a été haut-commissaire pour la Sicile. Il a joué un rôle fondamental dans la reconnaissance de l'autonomie de l'île.

Né à Gela en 1890 dans une famille aisée, Salvatore se consacre dans sa jeunesse à des études de droit et est très actif dans les associations catholiques siciliennes.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, son activité politique le conduit à être d'abord nommé secrétaire du Partito Popolare Italiano à Caltanissetta, puis élu dans ses rangs à la Chambre des députés en 1921. Depuis son siège parlementaire, il lutte contre la structure latifundiste (orientée vers les grands propriétaires terriens) de la propriété foncière en Sicile et s'oppose à la tournure intolérante de la première phase du gouvernement de Mussolini.

Il occupe son poste jusqu'à l'été 1924, date à laquelle, après avoir été réélu aux élections de cette année-là, il perd son rôle en raison de sa participation à la sécession de Aventino (protestation de l'opposition parlementaire au gouvernement fasciste). Exclu de la course politique en raison de son opposition croissante au fascisme, il se retire alors dans la vie privée et passe les années suivantes à diriger ses propres entreprises agricoles.

Malgré son isolement sicilien, Salvatore avait gardé le contact avec les dirigeants des mouvements catholiques italiens. C'est pourquoi, après l'effondrement du régime fasciste et le début de l'occupation militaire alliée, il fait partie des partisans de la création du parti démocrate-chrétien en décembre 1943 en Sicile et dans l'Italie libérée.

À partir de 1944, dans le contexte politique et institutionnel italien en pleine mutation, Salvatore occupe divers postes. En mars, il est nommé préfet de Caltanissetta et, immédiatement après, il fait partie du deuxième gouvernement Badoglio en tant que ministre de l'intérieur. Dès août 1944, il est également nommé haut-commissaire pour la Sicile, poste qu'il occupe jusqu'en mars 1946. Il y adopte une attitude clairement républicaine et autonomiste, jouant un rôle décisif dans l'approbation de l'autonomie régionale, tout en maintenant une position fortement anti-séparatiste.

Enfin, il a occupé de nombreux postes politiques dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Il est élu à l'Assemblée constituante en 1946 et au Sénat lors de la première législature républicaine deux ans plus tard. En 1953, il est élu à la Chambre des députés. Au cours de ces années, il dirige plusieurs ministères, dont ceux de la marine marchande, des travaux publics et de l'industrie dans les gouvernements De Gasperi et Fanfani. Il reste député pendant trois mandats, jusqu'à sa mort en 1964.