Pays-Bas / Histoire

Prières dans la cave


Favoris

Partager

Itinéraire


Le dimanche 15 avril, on entend encore les bottes cloutées des Allemands sur la Grote Markt, alors qu'une grande partie de la ville a déjà été libérée. Betty Kloosterhuis a alors treize ans et aide sa mère à préparer les combats.

"Elle est d'abord allée à la pharmacie le vendredi après-midi pour acheter des bandages et des sparadraps".

"Nous nous sommes cachés dans le sous-sol du magasin. Il s'appelait 'Boterweg' et se trouvait à l'angle avec la Poelestraat. C'était un magasin de mode pour hommes et femmes et nous vendions aussi du matériel pour les émigrants vers les Indes orientales néerlandaises.'

À partir de 17 heures, c'est le calme dans la rue. "Les Allemands ont menacé de tirer sur quiconque se promenait encore dans la rue après cette heure. Mon père voulait promener le chien, mais il a été menacé d'un fusil par un soldat. Nous nous sommes assis dans la cave et avons écouté la radio anglaise. Nous sommes restés assis là du vendredi soir au dimanche soir. Ma mère avait préparé une grande marmite de soupe. Nous avions disposé des matelas pour nous asseoir. Nous étions dessous pendant les bombardements. De temps en temps, mon frère allait au premier étage pour regarder dehors. Il racontait que le côté nord de la Grote Markt était en feu. Les Allemands avaient installé des mortiers dans le couloir de notre maison."

Dehors, ils entendent les bruits de la guerre : les grenades qui explosent et les balles qui volent. "Nous ne pensions vraiment pas que nous allions survivre à cela. Nous avons prié ensemble en silence et nous nous sommes aussi dit au revoir les uns aux autres."

Mais ils survivent.

"Les maisons près de notre magasin ont presque toutes été détruites. Le feu a gardé les murs chauds pendant un long moment."

Ils vivront encore dix ans parmi les décombres.

"Et quand tout a été enfin déblayé, notre maison a dû être démolie, à cause des nouveaux plans de construction de la municipalité !"

.